Regain d'espoir pour l'avenir des orangs-outangs (archive)

Publié le par evergreenstate



http://www.lefigaro.fr/sciences/2009/04/14/01008-20090414ARTFIG00310-regain-d-espoir-pour-l-avenir-des-orangs-outangs-.php



Regain d'espoir pour l'avenir des orangs-outangs

Marc Mennessier
14/04/2009 | Mise à jour : 11:32
Selon Nature Conservancy, il resterait entre 50 000 et 60 000 orangs-outangs vivant à l'état sauvage dans le monde dont 80 % en Indonésie et 20% en Malaisie.
Selon Nature Conservancy, il resterait entre 50 000 et 60 000 orangs-outangs vivant à l'état sauvage dans le monde dont 80 % en Indonésie et 20% en Malaisie. Crédits photo : AFP

Cinq mille de ces grands singes se seraient réfugiés à l'est de l'île de Bornéo pour fuir les terribles incendies de 1997 et 1998.

Gravement menacé d'extinction, ne survivant plus que dans les forêts reculées des îles de Bornéo et de Sumatra, l'orang-outang n'a sans doute pas dit son dernier mot. Alors que les effectifs de ce grand singe asiatique, qui partage plus de 98 % de son génome avec l'être humain, ne cessent de se réduire comme peau de chagrin, une colonie de plusieurs milliers d'individus vient d'être découverte à l'est de Bornéo, a annoncé lundi Nature Conservancy.

Selon Erik Meijaard, l'un des experts de cette ONG américaine interrogé par l'AFP à Djakarta, plus de 5 000 orangs-outangs (Pongo pygmaeus) vivraient dans les forêts de la province de Kalimantan Est, dans la partie indonésienne de Bornéo.

Cette découverte inattendue est d'une importance considérable quand on pense qu'il ne resterait plus, d'après les estimations de Nature Conservancy, que 50 000 à 60 000 individus vivant à l'état sauvage dans le monde, dont 80 % en Indonésie et 20 % en Malaisie, qui possède la partie nord de Bornéo. Sans compter une autre espèce d'orang-outang (Pongo abelii) qui survit encore à Sumatra, en particulier dans la province d'Aceh durement éprouvée par le tsunami de décembre 2004.

Lors d'une expédition menée en décembre dernier, Nature Conservancy a recensé pas moins de 219 «nids» d'orangs-outangs. Autrement dit des plates-formes que ces singes arboricoles aux longs poils brun-rouge construisent avec des branches et des feuillages pour dormir à la cime des arbres.

«Nous sommes ravis de cette découverte. Nous avons approché les autorités locales et les groupes indigènes pour que cet endroit devienne une zone de protection des orangs-outangs», a déclaré Nardiyono, un scientifique indonésien qui a mené l'étude pour le compte de l'ONG américaine.

 

Cette espèce s'adapte mieux aux conditions difficiles

 

Selon lui, ces singes se sont probablement réfugiés dans cette zone reculée après les terribles incendies qui avaient dévasté une partie de Bornéo en 1997 et 1998. « Par rapport aux autres espèces, ils s'adaptent mieux aux conditions difficiles », a indiqué M. Meijaard.

La survie des orangs-outangs n'en reste pas moins menacée par la déforestation qui ne cesse de s'accroître avec le commerce du bois tropical, l'extension des plantations de palmiers à huile et l'exploitation des mines.

Ces grands singes farouches et discrets, qui vivaient autrefois dans toute l'Asie jusqu'en Chine et en Thaïlande, sont également victimes du braconnage. Selon l'Institut Jane Goodall, de nombreux jeunes sont encore capturés et leur mère tuée pour être vendus ensuite comme animaux de compagnie…

Publié dans biodiversite

Commenter cet article