"Déchets: le cauchemar du nucléaire": vertigineuses questions Doc Arte

Publié le par evergreenstate

"Déchets: le cauchemar du nucléaire": vertigineuses questions


La bande annonce
 


PARIS - Que faire de matériaux qui resteront radioactifs pendant 6.000 générations ? "Déchets: le cauchemar du nucléaire", documentaire fouillé sur un sujet ardu, a le mérite de (re)poser des questions simples mais vertigineuses.

Le reportage, mené à un rythme soutenu, s'ouvre sur une interview d'Anne Lauvergeon, présidente du groupe français Areva, qui reconnaît "un manque de transparence historique" mais assure qu'il n'y a désormais "pas de tabous, pas de sujets cachés".

Filmé essentiellement en Russie, aux Etats-Unis et en France, le documentaire, écrit en collaboration avec Michèle Rivasi, fondatrice en 1986 de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité), tend à prouver le contraire.

"On a fait beaucoup de recherches d'archives (INA, CEA) et on a retrouvé systématiquement le même discours depuis le début: +les déchets, ce n'est pas un problème+", explique le réalisateur Eric Guéret, qui rappelle le combat des associations environnementales contre la "dilution" des déchets dans la nature, principalement dans les océans.

S'appuyant sur des images d'archives, le film rappelle qu'à partir de 1946, des fûts radioactifs furent rejetés en mer - des milliers de tonnes seront envoyées au fond des océans - pratique qui sera interdite par une convention internationale en 1993 seulement.

"On est parti sur cette technologie en faisant un pari: celui de savoir traiter les déchets. Or le pari n'est pas gagné 40 ans plus tard", résume face à la caméra l'ancienne ministre de l'Environnement, Corine Lepage, dénonçant "l'opacité et le secret dans lequel le système s'est enferré".

Le documentaire se penche en particulier, de manière détaillée, sur le retraitement des combustibles nucléaires usés, spécialité française, dont il retrouve la trace en Sibérie.

"On nous dit que 96% des matières nucléaires sont valorisables, recyclables, réuitilisables, peu importe l'adjectif. Nous avons déconstruit ce chiffre: ce n'est pas vrai", explique la journaliste Laure Noualhat (Libération), qui a mené cette enquête.

Mettant en avant la durée de vie extrêmement longue de certains déchets, le documentaire s'achève sur une interrogation : "200.000 ans, ce sont plus de 6.000 générations qu'il faut mettre à l'abri de nos activités actuelles. Les ingénieurs ont l'air sûrs d'eux, mais leur responsabilité est énorme. Pouvons-nous leur faire confiance ?".

L'astrophysicien québécois Hubert Reeves est dubitatif.

"C'est effectivement un peu délirant de penser pouvoir gérer l'avenir sur des périodes commes celles-là quand on regarde l'histoire humaine, quand on voit les changements et les boulerversements".

La bande annonce
 
http://www.youtube.com/watch?v=boTSyq_Xrzo&feature=player_embedded#


sur aArte
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Dechets--le-cauchemar-du-nucleaire/2766888.html
 

Publié dans nucléaire

Commenter cet article

Pascal 14/10/2009 15:42


Visionnez le film "Déchets: le cauchemar du nucléaire" jusqu'au 21 octobre sur arte + 7:

http://plus7.arte.tv/fr/1697660,CmC=2883866,scheduleId=285