Nicolas Sarkozy en Eure-et-Loir : le scandale de l'eau sous silence

Publié le par evergreenstate

Nicolas Sarkozy en Eure-et-Loir : le scandale de l'eau sous silence

Écrit par rédaction  Le 22 octobre 2010

 

logo.png

 

http://www.ddmagazine.com/201010221999/Actualites-du-developpement-durable/Nicolas-Sarkozy-en-Eure-et-Loir-le-scandale-de-l-eau-sous-silence.html?ref=nf


eau du robinet Hier, Nicolas Sarkozy est venu discuter ruralité en Eure-et-Loir où la situation de l’eau est catastrophique avec aujourd’hui 40 000 personnes qui sont desservies en permanence avec une eau « potable » non conforme à la réglementation, sur les critères nitrates et pesticides. La situation d’urgence sanitaire est telle qu’il faut procéder à la fermeture des captages affectés par ces pollutions, au raccordement des réseaux et, éventuellement, aux traitements. WWF s'alarme des propositions du gouvernement et de la gabegie des deniers publics. 

Le Président de la République a annoncé que « les agences de l’eau ont accepté de participer au financement de ces travaux ». Or, les investissements pour traitements curatifs, ne font pas partie des interventions des agences de l’eau fait remarquer WWF.« L’annonce du Président de la République est inquiétante car les agences de l’eau ont précisément pour mission d’agir en amont, par des mesures préventives. C’est ailleurs qu’il faut aller chercher les ressources financières pour traiter l’urgence », indique Cyrille Deshayes, responsable Eau douce au WWF-France.

Sur le même sujet

Aluminium, radon, nitrates, pesticides... Vous avez dit "eau potable" ? "

Une eau dite potable peut être bourrée de pesticides"

L'association de défense de l'environnement souligne l’incohérence de la profession agricole qui, hier, via le président de la FDSEA 28 (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), réclame à nouveau une pause environnementale, malgré une situation déjà catastrophique alors que parallèlement le maire de Châtillon-en-Dunois, agriculteur, demandait une aide de l’Etat pour financer les opérations curatives dans le département (100 millions d’euros sur 10 ans pour réaliser les interconnexions, et à 200 millions sur 20 ans pour le renouvellement des canalisations). Les élus ruraux, dont 25% sont des agriculteurs dans ce département, estiment en effet qu’ils ne sont pas en mesure de payer la note. « La profession agricole fait preuve d’irresponsabilité : elle ne veut pas modifier ses pratiques agricoles intensives catastrophiques pour la ressource en eau et demande en même temps aux Français de payer la facture ! », poursuit Cyrille Deshayes.

Pollution des eaux en Eure et Loir : le gaspillage des deniers publics

La situation de l’Eure-et-Loir est emblématique, puisque ce département héberge la plus grande partie de la Beauce, qualifiée de « grenier à blé » de la France voire de l’Europe. Aujourd’hui la quasi-totalité des nappes phréatiques du département est gravement affectée par une pollution chronique de pesticides et de nitrates majoritairement agricoles.

Cette situation n’est pas le fait du hasard explique Isabelle Laudon, Responsable des Politiques européennes au WWF-France : "ce département reçoit plus de 150 millions d’euros par an d’aides de la Politique Agricole Commune pour soutenir le secteur céréalier, utilisateur massif de nitrates et de pesticides. Sans subvention, leur mode de production serait intenable en raison du coût des intrants (pesticides, nitrates notamment) dont ils ont massivement besoin. On peut dire que c’est à l’aide de l’argent du contribuable que les eaux de ce département sont contaminées puis… décontaminées. L’Etat ne joue pas son rôle de garant des deniers publics ! ."

Pour en savoir plus, le dossier d'information du WWF-France : « Gestion de l’eau en France et politique agricole : un long scandale d’Etat ».

Publié dans agriculture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article