« Un aéroport HQE, c'est comme un kouign-amann sans beurre : un leurre »

Publié le par evergreenstate

samedi 17 octobre 2009 Aéroport. Débat sur le projet NDDL au conseil municipal de Nantes

Les pour et les contre



http://www.presseocean.fr/actu/actu_detail_-Les-pour-et-les-contre-_9182-1114835_actu.Htm


Les élus nantais ont débattu du projet NDDL pendant près de deux heures. Archives PO

Le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes s'est invité au conseil, hier. Ambiance.

État de siège

 

Il fallait montrer patte blanche, hier, pour pénétrer dans l'hôtel de Ville. Par peur d'une incursion des anti-aéroport, les grilles de la mairie sont restées fermées toute la journée. Des agents municipaux filtraient les entrées et des policiers en civil veillaient au grain.

Blineau « gauchiste »

Benoît Blineau s'est fait tancer par Jean-Marc Ayrault juste avant le débat. Profitant de la pause déjeuner, l'élu MoDem a fait entrer une dizaine d'opposants à l'intérieur de la mairie par la fenêtre de son bureau, donnant sur la rue. « Un comportement de gauchiste ! », lui a reproché le maire, en aparté.

Vrai-faux débat

Onze interventions, théoriquement limitées à cinq minutes, ont émaillé ce débat de près de deux heures, introduit par un représentant de la préfecture. En fait, il n'y a pas vraiment eu d'échanges, chacun se contentant de développer ses arguments « pour » ou « contre », sans que les uns les autres puissent se contredire.

Clivages et alliances

Le dossier NDDL bouscule la géométrie politique. On l'a encore constaté hier, avec le net clivage entre Verts et Alternatifs et les autres composantes de la majorité, et même entre UDB et Alternatifs, censés appartenir au même groupe. À l'inverse, de nouvelles alliances se font jour. Entre les Verts et le MoDem, mais aussi entre l'UMP et « la majorité de la majorité » qui, pourtant, ne se sont pas fait de cadeaux sur d'autres dossiers.

Référendum

Président départemental des Verts, adjoint au maire de Nantes et candidat aux régionales 2010, Jean-Philippe Magnen a lancé l'idée d'un référendum régional sur le projet d'aéroport. « Pour les élus verts, la réponse est nette : chiche ! »

Kouign-amann

Pour l'élue verte Pascal Chiron, un aéroport haute qualité environnementale (HQE), comme doit l'être celui de Notre-Dame-des-Landes, « c'est comme un kouign-amann sans beurre : un leurre ».

Réacteur

Farouche opposante au projet NDDL, Isabelle Loirat (MoDem) a posé toute une série de questions, notamment sur l'alimentation en électricité du futur aéroport. « S'il faut construire un réacteur nucléaire, nous direz-vous que vous allez accompagner l'État dans sa démarche ? ».

Énervé

Jean-Marc Ayrault est sorti de ses gonds pour rappeler à ses colistiers Verts et Alternatifs que le projet NDDL figurait dans son programme en 2008. Le maire a ironisé sur « ces adversaires d'un aéroport HQE qui deviennent les meilleurs défenseurs de la construction aéronautique ». Et de conclure en martelant : « Jamais je ne ferai de concession sur la question de la sécurité des Nantais ! ».

Xavier Boussion

« Un aéroport HQE, c'est comme un kouign-amann sans beurre : un leurre »

 

Publié dans notre dame des landes

Commenter cet article

P Heraud 18/10/2009 22:32


Voilà, j'ai assisté à mon premier conseil municipal - pas en intégralité, il est vrai et sur un débat thématique mais une première.


Je suis, ce soir, partagé entre plusieurs sentiments ou impressions contrariés. Je vais tenter d'en exprimer quelques uns - je sais c'est long.


Ainsi, voilà la démocratie en action : je résume et commente.


0 - Il y a 8 bancs de 3 places pour assister à une réunion publique : le public est bienvenu, c'est une certitude.
1 - D'abord, une introduction de haute volée pour lancer le sujet par M. le Maire façon morceau de flan tombant dans l'assiette ( je note qu'il a le fauteuil avec le plus grand dossier. Admirable
de voir que le trône existe toujours dans les maisons du peuple ! Peut-être la psychanalyse pourrait nous aider à comprendre... )
2 - Ensuite l'Etat, affirmé plus tard comme "gros" porteur du projet, incarné par un sous-préfet peu inspiré - euphémisme - puis un "expert" dans l'art de réciter la leçon et une litanie de
chiffres. (Froid, calculé, technocratique, les élus ne connaissent-ils donc pas le sujet ? )
3 - Présentation des règles votées par tous : 5 minutes pour chaque intervenant (12) en commençant par le groupe initiateur du sujet (UMP) puis "un petit mot pour conclure" (on a vu ce que "petit
mot" voulait, les "gros mots" doivent être poids lourds).
4 - Défilé des 12 orateurs tout à tour policé, convenu, engagé, ennuyeux, ridicule, passionné, transparent, inspiré, faux, dépassé, partisan, conformiste ( Isabelle se reconnaîtra ). Le tout avec
un intérêt de M. le Maire tout relatif, parfois rêvant et une fois même absent - un hasard que cela fut durant l'intervention d'Isabelle - En somme méprisant ( comme le chat qui laisse ses souris
croire qu'elles pourront peut-être vivre et qui observe ses proies du coin de l'oeil avec nonchalance - tout est calculé )
5 - Retour à M. le Maire pour un grand numéro, une conclusion "poids lourd", un petit rappel du maître de cérémonie aux élèves sur le respect des règles qu'ils ont votés et ...Feux... feu
d'artifices et feu de tout bois...
6 - Interlude...
7 - Final en apothéose "nous parlons de la sécurité des Nantais et de la responsabilité d'élu", J'avais presque la larme à l'oeil ! Depuis combien de temps est-il Maire déjà avec cette lourde épée
de Damoclès au dessus de la tête ? Quel homme vaillant !
8 - Ainsi, "moi","Moi", "MOI", je ne les ai pas compté mais il était nombreux, avait conclu ainsi ce simulacre dès sa première phrase "nous parlons d'un projet qui est déjà engagé". Pour la suite,
il s'est fait plaisir.


Nous avons donc assisté, vu de ma fenêtre, à une grande leçon de politique de M.Ayrault tout autant qu'à une belle manipulation avec la rhétorique qui va bien et l'application à la lettre des
techniques d'effritement, appui, affaiblissement, compensation. Un discours bien préparé servi sans y paraître car il ne pouvait ignorer les "attaques" dont NDDL et lui feraient l'objet. Notons
d'ailleurs de belles réussites comme de retourner l'argument de la défense des emplois d'Airbus en le présentant comme étant donc la traduction d'une volonté de défendre l'industrie aéronautique et
son cortège de nuisance et de pollution = conclusion, les opposants, verts ou orange ( je ne pense pas me tromper sur les couleurs ) devenaient les vrais méchants, ignorant de la chose et cherchant
à tuer la mère nourricière et pourvoyeuse d'emploi. Ceci n'a pas été inventé "sur le coup" entre deux micro sommeils mais bien pensé préalablement. Fort, très fort ! De plus le temps était entre
"fumeux" et "très enfumé", car un bel écran de fumée couvait dans l'impossibilité d'avoir accès à la réplique. Soliloquer ainsi, si ce n'est pas vraiment honorifique, nous laisse toujours sans
espoir de réponse sur le fond ( mais pas sans espoir, ni sans force de faire reculer et évoluer ce projet ). Mais fallait-il en attendre autre chose !? Je ne crois pas. JMA a amené son monde sur un
terrain qu'il avait balisé, miné, sur ses terres en somme. Ainsi si leçon il y a eu, il faut en tirer des enseignements.


En guise d'anecdote, j'ai admiré l'utilisation de son programme dans un plus pur style Nicolas Sarkozy avec son crédo "les Français ont voté pour moi et mon programme, donc je l'applique ". Ainsi,
vous Nantais vous avez voté pour moi, son application ne souffre aucun débat, et je suis fondé à l'appliquer ( en ignorant tout ceux qui n'ont pas voté pour ce programme ).


Bref, je pensais assister à un débat, j'ai vu ce que je considère comme une négation de démocratie - ou l'idée que je m'en fais - qui en dit long sur l'état de délabrement de la politique en France
et son rejet ou, pire, l'indifférence de la population pour elle.


Conclusion :


Il faut maîtriser les techniques, connaître les armes du combat politique pour s'en affranchir dans un premier temps pour ensuite les jeter aux orties et surprendre sans risque de faux pas.
A ce titre et d'autres, félicitations et merci à Isabelle et Benoît de parvenir à jouer dans cette aire où les règles sont faussées pour faire vivre nos couleurs.




Pour la route, j'ai bien aimé " Ha ! Maintenant il s'en va !", "...pas des écolos nés mercredi dernier !" et " un aéroport HQE sans pollution c'est un peu comme...un kouign amann sans le
beurre".



Philippe Héraud